Apprentie Nakama (fic sur One Piece)

Aller en bas

Apprentie Nakama (fic sur One Piece)

Message  MiyazakiAndOtherFan le Jeu 31 Mai - 19:59

Chapitre 1 : Problèmes

Quelque part sur Grand Line, dans un navire portant un pavillon avec une tête de mort coiffée d’un chapeau de paille, un équipage s’est rassemblé devant la porte de leur infirmerie, écoutant parler un tanuki avec un chapeau de médecin sur la tête.
“- Les gars !!! On a un gros problème !!
- Quoi Chopper ?
- Nami est malade et je n’ai plus de médicaments en réserve, j’ai tout utilisé à Thriller Bark pour Zoro.
- Crétin de marimo ! À cause de toi, Nami-San est malade !
- Hey ! J’y suis pour rien moi baka-cook ! Aïe ! Tu cherches la bagarre ?
- Arrêtez !! Zoro ! Tu n’es pas encore remis de tes blessures !
- Docteur-sensei, de quoi souffre Nami ?
- Et bien...Elle a de la fièvre et des nausées. Rien de bien grave, quand on a des médicaments. Il lui faudra quelques jours de repos mais cela soulève un problème plus grave.
- ...........
- Ses sens sont engourdis et elle n’arrive plus à sentir les changements de pression dans l’air. Si une tempète arrive, on risque de ne pas pouvoir en échaper aussi facilement que lorsque Nami est en forme.
- Bah, tu parles ! Avec ou sans nee-chan, il suffit d’un SUPEEER coup de burst et l’affaire est réglée.
- Bon, admettons. Mais il faudra que vous soyez tous constamment vigilants.
- Ok Chopper. Mais tu penses pas que si on donne de la viande à Nami elle guérira plus vite ?
- Luffy, je te rappelle qu’on t’a déjà dit non quand on est allé sur l’ile de Chopper.
- Yohoho, excusez-moi de vous interrompre, mais ne faudrait-il pas que nous allions sur le pont pour surveiller le temps qu’il fait ?
- Brook à raison, allez-y pendant que je m’occupe de Nami.”

Nous sommes donc sur le Thousand Sunny, le bateau des mugiwara, où l’ambiance est légèrement tendue à cause des évenements précédents. Luffy était assis sur la tête de lion du Sunny, en train de scruter l’horizon avec un air sérieux (mais si ! ça existe), Zoro somnolait dans la vigie, mais restait aux aguets, Sanji préparait le repas dans sa cuisine, jetant de temps à autre un regard vers le hublot, Usopp préparait de nouveaux projectiles, ou du moins essayait car ses mains tremblaient tellement à cause du stress qu’il craignait que se recevoir une belle explosion en pleine figure, Robin lisait un de ses multiples livres compliqués mais restait tendue, Francky vérifiait si les réserves de Cola étaient assez pleines pour un coup de burst, complètement détendu contrairement aux autres car il avait pleinement confiance en son superbe navire, et Brook jouait du violon en gardant ses oreilles grandes ouvertes à l’affut du moindre signal d’alerte “BIEN QUE JE N’AI POINS D’OREILLES !!! YOHOHOHO !!!!! SKULL JOKE !!!”
Malgrès toutes ces précautions, le temps de Grand Line étant imprévisible, une tornade s’abattit sur eux et le coup de burst ne pu rien empêcher. C’est ainsi que le Sunny fut emporté dans les airs pour retomber plus loin. Infiniment plus loin.....
_____________________________________________________________________________________________

J’ouvris doucement les yeux, l’infirmerie était sans dessus dessous, le matériel médical de Chopper était un peu partout. Entre les scalpels plantés dans le sol ou les murs et les débris de fioles vides, je vis notre médecin allongé face contre terre, apparement inconscient. Voulant savoir ce qu’il se passait, je pris délicatement le petit renne dans mes bras et sortis de la pièce. Le couloir était désert, je sortis donc sur le pont et y découvris mes autres nakamas allongés au sol, visiblement en mauvais état. Je commençais à paniquer, j’étais la seule personne consciente sur notre navire et seul le bruit des vagues troublait le silence de mort qui régnait à bord du Sunny. Réalisant que je n’avais pas bougé du pas de la porte, je me précipita vers Luffy et le secoua comme un prunier pour le réveiller. Il ouvrit finalement les yeux et mit quelquest instants pour se rendre compte de ma présence.
“- Neh ? Nami, qu’est-ce qu’il s’est passé ?
- Baka ! C’est plutôt à moi de te demander ça ! Qu’est-ce que vous avez foutu vous tous ? Dès que je ne suis plus là vous n’en faite qu’à votre tête !
- Ah oui ! Alors en fait, on était tous super prudent mais soudain y a eu comme un énorme coup de vent et c’était super long, puis ça tournait aussi et le Sunny à volé et après je sais plus.
- Une tornade.....
- Ah. Hey Nami !
- Quoi ?
- Je suis super content que tu ailles mieux, dit-il avec un sourire faisant trois fois le tours de sa tête.
- Ah, euh merci, dit-elle en rougissant.
Le gamin la regarda avec un air bizarre et tourna soudain ses yeux vers le poignet gauche de son amie.
- Euh, Nami ? C’est normal que ton machin là...
- Quoi ? Le Logpose ? Elle baissa les yeux sur son bras et se figea soudainement.
- Nami ?
- Il n’indique plus.......
- Nami ? Pourquoi il indique plus droit devant ?
- Luffy, vas vite réveiller les autres et dis leurs de changer de cap immédiatement !”
Le brun courru alors réveiller ses compagnons pendant que Nami allait dans son bureau pour étudier la carte de Grand Line et voir où ils pouvaient se trouver pendant que Chopper reprenait doucement conscience là où Luffy était allongé quelques instants plus tôt. De son côté, le capitaine au chapeau de paille harcelait Sanji en lui gueulant qu’il avait faim pour que celui-ci se réveille, mais cela fut sans effets. Il décida d’aller réveiller Robin en espérant qu’elle réussirait à réveiller le cuistot. Il la secoua doucement d’abord, puis de plus en plus fort jusqu’à ce qu’elle ouvre les yeux. Elle se chargea de réveiller le blond, Brook et Usopp, et Luffy se mit à la recherche de Franky et Zoro. Il trouva le cyborg dans la salle des machines qui reprenait conscience tout seul mais le sabreur demeurait introuvable. Il était pourtant sur d’avoir cherché partout, peut être était-il passé par dessus bord pendant la tornade, mais il ne se souvenait pas l’avoir vu sur le pont à ce moment là. Il rejoignit ses nakamas rassemblés sur le pont supérieur et leur dit que Nami voulait qu’ils changent de cap. La navigatrice, elle, était toujours enfermée dans son bureau, cherchant désespérément leur emplacement, en regardant son log de temps à autre. Celui-ci n’indiquait plus la direction de l’Ile des Hommes Poissons mais pointait au nord tel une boussole normale. La rousse eut soudain une idée, elle se précipita vers sa chambre, ouvrit le tiroir de sa table de nuit et sortit la boussole qu’elle avait prise au début de leur périple. Ses yeux s’agrandirent de stupeur, l’aiguille pointait au nord.
Sur le pont, l’équipage s’affairait à changer le cap du navire, personne ne se souciait de Zoro qui s’était surement perdu quelque part sur le navire et chacun s’occupait de sa tache : Franky était à la barre, Sanji, Usopp, Chopper sous sa forme “humaine” et Brook s’occupaient des voiles et Robin et Luffy guettaient l’horizon au cas où un navire apparaitrait. Ils étaient tous si occupés qu’aucun d’eux ne vit une tornade rousse se précipiter sur le pont. Ils remarquèrent sa présence seulement dès qu’elle ait gueuler qu’ils avaient un problème (encore un). Tous se tournèrent vers elle et un cook blond avec des coeurs dans les yeux se jeta presque sur elle.
“- NAMI-SWWWWWAAAAAAAANNNNN !!!!!!!!!!!!
- Couché Sanji !!!!! Les gars, j’ai une très mauvaise nouvelle.
- Quoi ? On a plus de viande ?
- La ferme ! Laisse ma Nami Chérie parler.
- Je disais donc, je crois que je vais vous annoncer la pire nouvelle de tout notre périple et..........attendez, où est Zoro ?
- Bah je l’ai cherché partout mais je l’ai pas trouvé...
- Partout ? Tu es sûr ?
- Euh alors attends, je suis allé dans la cuisine, le garde manger, l’aquarium, la réserve de sake, le dortoir des mecs et la salle des machines mais y avait déjà Franky.
- ...
- Euh, les gars, elle a l’air en colère vous croyez pas ? dit Usopp en tremblant comme une feuille.
- Excusez-moi deux petites minutes.”
Elle se dirigea vers la vigie et y monta rapidement. 20 secondes plus tard, les cris de colère de la navigatrice retentirent dans la pièce du sabreur et les mugiwara virent descendre en 4e vitesse un Zoro effrayé par la rousse en furie. Ignorant les rires de Sanji, le bretteur se cacha derrière ses camarades en traitant la navigatrice de sorcière.
Celle-ci redescendit calmement de la vigie et repris la discution entamée avec ses nakama :
“- Donc, vous vous souvenez de ce que nous avait dit Crocus au Cap des Jumeaux à propos du fonctionnement des boussoles sur Grand Line ?
- Papy tête de fleur ? Bah non j’me rappelle pas de toute façon j’y connais rien moi aux boussoles et tout, tout ce dont je me souviens, c’est que j’avais cassé un log et que j’ai promis à Laboon de revenir me battre avec elle.
- Oui bon, tant pis. Il nous a dit que les boussoles ne fonctionnaient pas sur Grand Line, même que la mienne avait l’aiguille qui tournait dans tous les sens.
- Nami, je vois pas où tu veux en venir, dit Usopp.”
Exaspérée, la navigatrice ouvrit la boussole qu’elle avait récupéré dans la chambre des filles. À ce moment, un silence de mort régnait sur le Thousand Sunny “BIEN QUE JE SOIS DÉJÀ MORT !! YOHOHO !!!” Hum hum, je disais donc, personne n’osait parler sur le navire des Pirates au Chapeau de Paille. Tous observaient la boussole de Nami qui indiquait le Nord. Ce fut finalement Robin qui dit ce que tout le monde pensait : “Les amis, je crois que nous avons quitté Grand Line.”


Chapitre 2 : Rencontre

Sur une Ile, une jeune fille d’envirron 15 ans regardait l’océan à travers une petite longue vue. Elle était sûre de ne pas avoir rêvé, elle avait vu ce navire tomber du ciel. Cela faisait maintenant 3 jours que ce navire était tombé dans l’océan. Il n’avait pas dérivé car la mer était extremement calme vers cette Ile, bon ça n’était pas Calm Belt non plus mais presque. 3 jours, 3 jours qu’elle observait sans relâche ce navire fantôme. Elle pouvait voir des corps inanimés joncher le sol du pont. Mais ce jour là, ces corps ont bougés et parmis eux, elle reconnu des visages portant une grosse prime. Elle jeta un regard au pavillon et vit une tête de mort portant un chapeau de paille. Un immense sourire étira ses lèvres. Elle les avait enfin trouvés.


“-Quoi ? Comment ça on a quitté Grand Line ? Mais c’est pas possible ! Comment je vais devenir le roi des pirates moi ?
- Écoute Luffy, je sais que c’est dur mais il faudra recommencer notre périple depuis le début.”
Le jeune pirate était extrèmement en colère, cela faisait bientôt un an qu’ils naviguaient sur la Route de Tous les Périls, qu’ils avaient affronté des adversaires les plus redoutables les uns que les autres et maintenant on lui annonçait que tout cela n’avait servit à rien et qu’il faudrait tout recommencer ?!
“- Tu sais Luffy, ce n’est pas si grave de devoir recommencer notre périple, on a qu’à reprendre la même route qu’au départ et tracer jusqu’à l’Ile des Hommes Poissons, et en plus, on pourra revoir des amis comme Vivi, Laboon, Conis, la vieille Kokoro et plein d’autres.
- Ah mais oui !!! Tu as raison Nami, bon bah qu’est-ce qu’on attends, on a juste à aller à Reverse Mountain et recommencer !!!
- Les gars, je voudrais pas casser l’ambiance, mais je vois une ile, dit Usopp.
- Chouette !!! Une ile !!!
- Si vous voulez mon avis, on devrait y aller comme ça on pourra se remettre les idées en place et demander où on a atterri.
- Oh ma Robin d’amour tu est si intelligente.
- Oui c’est une bonne idée, allons-y.”
Les Mugiwara accostèrent donc dans une petite crique de l’ile à l’abris des regards et débarquèrent en laissant Brook et Franky garder le Sunny. L’ile avait l’apparence des iles printanières de Grand Line, son climat était plutôt chaud sans être étouffant et l’ile était recouverte de cerisiers en fleur ce qui donnait les larmes aux yeux du petit médecin des pirates. Ils finirent par arriver dans une ville et se rendirent sur la place principale où se trouvait un marché où ils pourraient aisément faire leurs provisions et autres achats. On pouvait également voir de multiples autres magasins vendant des habits, des armes, de la nourriture, etc...
Au centre de la place se trouvait une fontaine sur laquelle une jeune fille était assise et fixait intensément le groupe de pirates. Ces derniers ne remarquèrent pas sa présence, s’étant réunis en cercle pour pouvoir se répartir les tâches. Sanji irait faire les courses avec Luffy, Nami et Robin iraient faire les magasins de mode et Chopper les librairies. Usopp et Zoro préféraient partir chacun de leur côté, l’un pour trouver de nouvelles armes pour son poste de sniper et l’autre irait un peu au hasard dans quelques magasins. Le fait de laisser Zoro tout seul ne semblait pas être une bonne idée mais après les hurlements de celui-ci, disant qu’il savait très bien trouver son chemin et que même un certain sourcil en vrille n’y arriverait pas aussi bien que lui, et quelques coups de pieds biens placés, chacun partit de son côté, se donnant rendez-vous dans 3 heures là où ils avaient discuté. La jeune fille de la fontaine, elle, les suivait toujours du regard, ayant légèrement sourit lors de la dispute entre le blond et le sabreur. Elle regardait d’ailleurs plus précisément celui-ci, étant particulièrement intéressée par cet homme dont elle avait tant entendu parler et qu’elle voulait à tout pris rencontrer.
Zoro venait de quitter ses amis et respirait un peu, content d’avoir un peu de calme. Mais malgrès ça, depuis qu’il était arrivé sur cette place avec ses nakamas, un léger malaise le prenait. Il se sentait observé. Il regarda autour de lui et croisa un regard vert-marron pénétrant. Il fixa la personne à qui appartenaient ces iris : c’était une jeune fille d’envirron 14 ou 15 ans, plutôt grande avec quelques rondeurs plutôt bien réparties, elle avait des cheveux vert émeraude (tient , verts aussi ? ok je sors) qui descendaient jusqu’à ses épaules avec une frange qui descendait jusqu’à ses sourcils et des yeux que Zoro aurait définis de couleur forêt, commes celles où il se perd souvent. Elle portait un haut vert et bleu marine à manches longues et larges et une mini-jupe noire avec un colant noir et des bottes noires (oui je sais ça fait beaucoup de noir). Il s’arrêta sur son visage. Celui-ci était légèrement arrondi et très pâle, donnant un air légèrement fantomatique à sa propriétaire. Elle portait aussi des lunettes avec une monture qui ne faisait que la moitié des verres et un long ruban bleu dans ses cheveux ainsi qu’une barrette avec une fleur bleue d’un côté de sa frange et des boucles d’oreilles ressemblant étrangement à celles de Zoro mais elle n’en avait qu’une sur chaque oreille.
Le bretteur se rendit compte qu’il observait la gamine depuis plusieurs minutes maintenant et qu’elle l’examinait aussi. Ils se fixèrent intensément dans les yeux, forêt contre émeraude, et finalement, la plus jeune lui fit un léger sourire et descendit de son perchoir. Elle s’avança vers lui et lui dit : “Roronoa Zoro, membre de l’équipage des Mugiwara et second du capitaine Monkey D Luffy, moi, Mori Fuyuko, habitante de l’ile Sakura Pink de South Blue, je te provoque en duel !!”



Chapitre 3 : Duel de fines lames

Zoro était bouche-bée par ce qu’il venait d’entendre. Cette gamine voulait un duel avec lui. Est-ce qu’elle savait qui il était ? Il ne pouvait pas se battre sérieusement avec une gamine qui voulait juste des sensations fortes. Il s’empressa de répondre, gêné :
“- Hum, désolé petite mais je ne pense pas que tu saches dans quoi tu t’engages en me défiant...
- Alors déjà, pour commencer je ne suis pas petite, j’ai 15 ans, et ensuite, je sais à quoi engage un duel entre pirates. Cela signifie la mort de l’un d’eux. Mais je ne tiens pas à te voir mourir donc je vais poser des conditions.
- IL FAUDRAIT PEUT ETRE QUE JE DISE OUI AVANT D’ECOUTER TES REGLES !!!
- Premièrement, interdiction de te retenir car moi je ne retiendrais pas mes coups compris ? Si tu me blesse gravement, tu n’aura qu’à penser que c’est moi qui ait chercher les ennuis.
- Tu m’as l’air décidé à te battre comme un vrai combattant. J’accepte de relever ce défi même si cela me semble un peu ridicule.
- Et deuxièmement, si je gagne, tu te débrouille pour que je fasse partie de ton équipage, si je perd, fait de moi ce que tu veux.
- Très bien j’accepte.
- Rendez-vous à la crique où vous avez amarré votre navire à 17h précises.
- Euh d’accord mais comment sais-tu que.......
- Je t’expliquerai tout après notre duel. À ce soir, Roronoa.”
Et elle partit souriante, laissant le bretteur planté au milieu de la place. Celui-ci s’en alla vers une armurerie qui lui faisait un peut repenser à celle de LogueTown. Elle était remplie de katanas, d’épées, de dagues et de couteaux de toutes sortes, qu’ils soient d’occasion ou neufs mais tous semblaient avoir un bon tranchant selon Zoro. Il s’approcha du vendeur qui le regardait avec insistance depuis qu’il était entré et apperçu une horloge derrière lui. Il lui restait envirron 2 heures et demi avant de retrouver ses nakamas. Soudain le vendeur lui demanda :
“- Excusez-moi, vous me dites si je me trompe mais vous possédez deux des 21 O-Wazamono et un des 50 Ryou-Wazamono non ?
- Oui, pourquoi ?
- Et bien, pour posséder de tels sabres, vous devez être un épéiste d’exception. Est-ce que quelque chose vous intéresse ?
- Non pas particulièrement, je suis déjà bien armé comme vous le voyez. Dites-moi, y a-t-il une base de la Marine sur cette ile ?
- Vous êtes un pirate n’est-ce pas ? Ne me regardez pas comme ça, je vous ai vu parler avec Fuyuko et seuls les pirates l’intéressent. Enfin, pas tous les pirates, seulement un équipage. Celui d’un certain Mugiwara No Luffy. Je parie que vous en faites partie n’est-ce pas ? Ne vous en faites pas, la Marine n’a pas de base ici mais parfois elle envoit des navires pour voir comment se portent les habitants.
- D’accord, merci, mais savez-vous pourquoi nous intéressons tant cette gamine ?
- Personne ne le sait, elle est très secrète et ne parle pas beaucoup de ses différentes passions.
- Bon, ce n’est pas grave. Ah au fait, finalement, il y a bien quelque chose qui m’intéresse. Vous n’auriez pas une sorte de catalogue des différents sabres qui existent dans ce monde ? J’ai rencontré une personne en possédant un et cela m’a été d’une grande aide.
- Hum, j’en ai bien mais ce genre de catalogue est très rare et coûte extrêmement cher. Je peux vous faire un prix mais...
- Non, laissez ce n’est pas grave.
- Mais comme je l’ai dit plus tôt, vous devez être un épeiste d’exception donc je pourrais vous en faire cadeau.
- Vous êtes sérieux ? Merci beaucoup.
- Je vous en prie, c’est normal. Tenez.
- Merci. Au revoir.
- Au revoir et j’espère que vous reviendrez vite ! Je vous ferais un prix pour tout ce qui pourrait vous intéresserer, si vous avez de l’argent évidemment.^^”
Il sortit en rangeant son livre dans l’une de ses poches. Le bretteur chercha un coin tranquille sur la place où il pourrait piquer un roupillon en attendant ses amis. Il finit par s’assoir au pied de la fontaine sur laquelle la gamine aux cheveux verts, dont il avait oublié le nom, fut assise. Il s’installa confortablement et ferma les yeux pour somnoler.


Fuyuko pris congé de Zoro et rentra chez elle. Enfin, elle allait enfin pouvoir affronter l’un des meilleurs bretteurs du monde. Cela faisait maintenant 1 an que sa seule famille l’avait quittée. Elle vivait seule dans une petite cabane dans les collines de l’ile au milieu des cerisiers. Cet habitat lui suffisait bien vu qu’elle passait le plus clair de son temps en ville et quand on est seule, pas besoin d’une immense maison. Elle avait dut vendre son foyer d’enfance pour pouvoir avoir assez d’argent pour vivre seule, cela lui avait fait du mal mais elle ne pouvait pas faire autrement. Elle gagnait sa vie en faisant régner l’ordre et la paix sur l’ile. Elle était la personne la plus forte de l’ile et chassait les pirates ou punissait les petits délinquants et le maire de la ville la payait pour service rendu à la population. Mais un jour, un navire de la Marine avait débarqué et elle avait fait la connaissance d’une femme qui l’avait éblouie. La seule femme à manier un sabre sans jamais se faire réprimander par son supérieur et à être respectée par les autres sabreurs. Elle avait demandé à cette femme si elle pouvait la faire entrer dans la Marine. Elle avait refusé. Depuis ce jour, elle n’a qu’une seule conviction, retrouver cette femme et la combattre pour lui montrer l’erreur qu’elle avait fait en refusant de faire d’elle une Marine. Et pour cela, elle avait décidé de retrouver la seule personne qui avait réussi à la battre. Roronoa Zoro, le pirate qui avait battu l’officier Tashigi à LogueTown. Il restait 4h avant leur combat. Quatre heures.....


Sur le Thousand Sunny, l’équipage des Mugiwara était rassemblé et tout le monde écoutait attentivement Zoro raconter sa rencontre avec l’adolescente. Quand il eut fini, Chopper intervint en soulevant les questions que se posait Zoro ainsi que ses nakamas :
“- Mais comment a-t-elle pu savoir que le Sunny était amarré ici ? Et pourquoi veux-t-elle t’affronter toi en particulier ?
- Elle m’a répondu qu’elle nous expliquerait après notre combat.
- J’ai hâte de voir cette jeune fille. Je suis sûr qu’elle doit être aussi belle que mes deux déesses !!”
Les deux déesses en question surveillaient l’arrivée de l’adolescente. Soudain, elles la virent apparaitre. Elles appelèrent Zoro et celui-ci descendit du navire pour accueillir la gamine qui semblait impaciente de commencer le combat. Elle ne portait pas la même tenue que lors de leur rencontre. Elle avait toujours sont haut à manches longues mais portait des mitaines en cuir, un Hakama (pantalon de samouraï) pourpre et noir resserré à sa taille par le ruban bleu qu’elle portait lors de leur première rencontre et ne portait pas de chaussures. Ses cheveux étaient retenus en queue de cheval par une pince machoire, les mèches trops courtes retombant de chaque côté de son visage. Elle portait également deux sabres de chaque côté de de sa ceinture. Ceux-ci n’étaient pas des katanas d’exception comme ceux de Zoro mais de simples sabres d’entrainement comme ceux qu’il avait pu voir dans le dojo de son enfance. Voyant que le bretteur fixait ses sabres avec attention, Fuyuko pris la parole : “ Ils ne sont pas à moi, je les ai volés dans le dojo de cette ile, ne me regarde pas comme ça je vais les rendres mais il me fallait bien des armes pour me battre.”
Alors comme ça, elle avait osé le défier alors qu’elle ne possédait pas d’armes. Il était perplexe, elle devait vraiment tenir à mourir pour se lancer dans de pareilles folies.
“ À voir l’air que tu prends, si tu veux, je peux me battre sans katanas, j’ai d’autres armes sous la main.” En effet, elle sortit un couteau de poche de son pantalon et dégaina du fourreau accroché à son ruban une dague à double tranchant dont la lame faisait 20 cm.
“ - Personnellement, je préfèrerais me battre avec ça car je ne me suis jamais servi d’un sabre.
- Pourquoi tu en a pris deux alors ?
- Parce que je pensais que pour me battre avec toi il falait obligatoirement que je possède au moins un sabre mais comme je suis ambidextre j’en ai pris deux et aussi...j’ai toujours rêvé de me battre avec ce genre d’arme.
- Très bien, fais à ta guise.”
Fuyuko se saisit de ses sabres et les jeta à terre. Elle pris ses armes habituelles en mains et se mit en garde. Zoro fit un petit sourire et pris ses 3 lames. Les deux manieurs de lames se lançèrent un regard carnassier et déclarèrent “QUE LE COMBAT COMMENCE !!!”
Fuyuko se jeta immédiatement sur Zoro qui para son coup sans difficulté et essaya de lui asséner un coup en visant son bras droit mais elle recula aussi vite qu’elle s’était approchée. Rapide, pensa Zoro. Mais il n’eut pas plus le temps de penser car elle se rua de nouveau vers lui et réussi à lui entailler légèrement l’avant bras. Surpris, le pirate manqua l’occasion de la toucher. Cette fille était d’une agilité redoutable. Elle esquivait chaque coup de Zoro alors que lui se faisait parfois touché. Il se rappela alors ce qu’elle lui avait dit “Ne te retiens pas car moi je me donnerais à fond” ou quelque chose comme ça. Il décida donc de passer à la vitesse supérieure et d’utiliser ses vrais attaques au lieu des petites passes qu’il faisait depuis le début. Il croisa ses trois sabres et se lança vers la jeune fille “Oni Giri !”. Celle-ci esquiva pour ne pas se prendre de coup fatal mais son bras droit fut légèrement entaillé. Malgrès la douleur, elle ne broncha pas. Sur le Sunny, l’équipage retenait un Sanji devenu furieux dès qu’il vit une tache de sang sur la manche de l’adolescente. Zoro restait étonné que la jeune fille n’ait qu’une petite blessure après ce coup. Elle était une vraie combattante, ce n’était pas seulement un jeux pour elle, elle voulait en découdre avec lui et ce coûte que coûte. Il remit le Wadô Ishimonji dans son fourreau et prépara son attaque “Nitoryu, Hirameki !”. Deux lames d’air horizontales arrivèrent droit vers Fuyuko qui leva sa dague et son couteau et trancha les lames d’air, empêchant l’impact avec son corps. Elle se lança vers Zoro qui rengaina le Sandai Kitetsu, finissant armé de seulement son sabre Sushui. Il se lança également vers la gamine “Ittoryu, Hiryu Kaen”. La lame du pirate ne rencontra que du vide. Fuyuko avait disparu. Soudain, il entendit sa voix, il leva les yeux et découvrit la gamine en l’air “Technique aérienne, Rapace de Métal !”. Tout se passa très vite. L’adolescente avait plongé sur Zoro en pointant ses armes sur lui, celles-ci s’étaient plantées profondément dans les épaules du bretteur et elle les avait immédiatement retirées. Zoro fit volte face et fit une profonde entaille dans sa jambe. Elle n’avait pas été assez rapide pour l’éviter mais répliqua en sautant au-dessus lui et atterrissant dans son dos. Elle planta son couteau dans son ventre et mis sa dague sous sa gorge. “Alors, tu t’avoues vaincu ?” mais Zoro se saisit de sa main tenant la dague, se retourna, retirant à l’occasion le couteau de son ventre et bloqua le bras de la gamine dans son dos, le tordant légèrement, passa son propre bras armé de son sabre sous l’autre bras de la fille et plaça son katana contre son cou “Qui doit s’avouer vaincu ?”.

Je ne pouvais pas y croire, cela faisait 4 ans que je m’entrainais dur pour entrer dans la Marine et 1 an pour battre cet homme, entrer dans son équipage et retrouver cette femme de la Marine. 5 ans d’entrainement intensif, et tout cela ne m’aurait servit à rien. Je venais de me faire battre.

Zoro sentit quelque chose d’humide sur sa main tenant son sabre. La gamine pleurait. Des larmes de rage et de frustration coulaient de ses yeux forêt. Le bretteur la relacha et rengaina son sarbre. Il allait s’éloigner en direction du navire des Mugiwara, seulement, la jeune fille le retint en attrappant sa ceinture. Elle était à genous sur le sable, tête baissée, ses larmes continuant de couler. “Je te rappelle nos conditions, j’ai perdu donc tu dois choisir ce que tu dois faire de moi.” Zut, il ne se rappelais plus de cette histoire de défaite. Ne sachant pas quoi faire, il fut sauvé par Luffy qui hurla comme un demeuré : “- OUAH, VOUS AVEZ VU ? ZORO A GAGNÉ ! C’EST TROP COOOOOOOOL !!! HÉ TOI !! LA FILLE !
- Neh ? Moi ?
- Ouais ! Tu t’appelles comment ?
- Mori Fuyuko. Pourquoi ?
- C’était trop cool comment tu t’es battue ! Tu voudrais pas faire partie de mon équipage ?”
Fuyuko leva les yeux vers Zoro, celui-ci hocha la tête, elle fit alors un immense sourire bien qu’elle ait toujours les larmes aux yeux, mais cette fois, c’était des larmes de joie.



Chapitre 4 : Mes nouveaux nakamas

Fuyuko était heureuse, cet équipage exceptionnel l’avait acceptée. Elle ne pouvait pas empêcher ses larmes de couler. Elle n’avait pas été si heureuse depuis tellement longtemps. Soudain, la douleur de ses plaies la ramena à la réalité. Elle avait perdu beaucoup de forces et de sang dans ce combat et ses plaies étaient très douloureuses. Elle était fatiguée, très fatiguée. Ses yeux se fermèrent doucement et elle perdit connaissance.
Zoro commença à paniquer sérieusement, peut-être y était-il allé un peu fort. La nouvelle pirate avait des plaies profonds aux bras et aux jambes. Il était également sérieusement blessé et son sang coulait à flot de sa plaie au ventre et de celles de ses épaules. Il prit la gamine délicatement dans ses bras et la livra aux bons soins de Chopper.

Fuyuko ouvrit lentement les yeux et vit que Chopper, l’animal à 50 berrys des Mugiwaras, était penché sur elle. Quand leurs regards se croisèrent, il s’empressa d’aller se cacher derrière son armoire, mais au lieu de cacher son corps et de l’aisser dépasser seulement sa tête, il faisait l’inverse.
“Euh, je te vois tu sais.”
Le petit renne sursauta et se recacha dans le bon sens. Fuyuko soupira de dépit. Elle remarqua que ses blessures étaient pansées et que Zoro était assis en tailleur sur une chaise à côté de son lit, ayant également été soigné et étant inconscient. Elle regarda plus attentivement la pièce et remarqua du matériel médical. Alors comme ça je suis à l’infirmerie. Qui avait bien pu les soigner ? Elle reporta son regard vers le petit renne et remarqua qu’il portait un chapeau de médicin.
“- C’est toi qui m’a soignée ? Merci beaucoup. C’est de l’excellent travail que tu as fait.
- Tais-toi idiote, ce que tu me dis ne me fait pas du tout plaisir, je suis insensible aux compliments.”
Il disait ça mais se pavanait en se dandinant dans tous les sens, visiblement heureux d’être complimenté d’une telle façon.
“- Dis-moi, tu es quoi ? Un animal ou un humain ?
- Un peu des deux. À la base je suis un renne, mais j’ai mangé le fruit de l’humain.
- Ah d’accord je comprend mieux.
- Toi aussi, non ?
- Comment ça moi aussi ?
- Tu possèdes des pouvoirs d’un fruit du démon.
- Qu’est-ce qui te fait dire ça ?
- Ta rapidité durant le duel avec Zoro.
- Oh ça ? Il suffit juste d’un peu d’entrainement.
- Ton odeur aussi. Je sens l’odeur d’un animal et je suis le seul sur ce navire.
- Bon d’accord, j’ai mangé le Fruit du Félin version Chat. Mais je ne m’en suis jamais servie.
- Chouette, un type Zoan comme moi.
- Bon, sinon, combien de temps suis-je restée inconsciente ?
- 2 heures. Tu t’es réveillée pile pour l’heure du repas. Sanji va se faire une joie de cuisiner pour une jeune fille comme toi.
- Et Zoro ? Il est encore dans les vappes. Je ne pensais pas l’avoir blessé à ce point.
- Ah non, ne t’inquiète pas, il s’est juste endormi pendant que je pansais tes blessures. Il en a vu de plus terribles que toi ne t’en fais pas. Il a tenu à rester pendant que je te soignais. Il a l’air de t’apprécier.
- Ah bon ? dit-elle en rougissant. Euh, c’est...c’est gentil...
“ À TABLE !!!!!”
- Ah c’est l’heure. Tu veux te joindre à nous ? Ce serait ton premier repas avec tes nouveaux nakamas.
- Comment ? Ah oui, j’avais oublié que votre capitaine m’avait invitée à faire partie de votre équipage.
- Tu acceptes évidemment ?
- Sans aucun doute ! C’est pour en arriver là que je voulais me battre avec Zoro. Mais je pensais que si je perdais, il allait m’achever ou me demander de dégager ou quelque chose comme ça...
- Je pense qu’il ne savait pas trop comment réagir, c’est la première fois qu’une personne aussi jeune que toi ose le défier. Il a dut se sentir perdu.
- D’accord, je comprend.
- On y va ?
- Je veux bien mais où son mes vêtements ?”
En effet elle était vêtue d’une simple chemise de nuit plutôt courte (genre Nami dans Strong World) et n’avait ni ses vêtements ni ses armes.
“- J’ai du te les enlever pour panser tes blessures. Nous avons aussi récupéré tes armes. Pour tes vêtements, je veux bien te les rendres sauf qu’ils tombent en lambeaux et sont couverts de sang.
- Ah ok, bon bah tant pis, je vais y aller comme ça. Bon allons-y. Ah non, attends une seconde.”
Elle descendit de son lit et monta sur Zoro. Elle approcha son visage de son oreille et :
“DEBOUT LÀ-DEDANS !!!!!!!!!!!!!!!!”
À ce moment, Chopper vit un sabreur aux cheveux vert sauter au plafond. Il tomba de sa chaise, Fuyuko étalée sur lui.
“- NON MAIS ÇA VA PAS BIEN DANS TA TÊTE !!! QU’EST-CE QUE C’EST QUE CES MANIÈRES D’HURLER DANS LES OREILLES DES GENS QUAND ILS DORMENT ????
- Eh oh, estime toi heureux que je t’ai réveillé car j’aurai très bien pu te laisser louper un repas !
- Qu’est-ce que ça peut me foutre ?!”
Chopper, coincé entre deux furies, s’empressa de leur rappeler que Sanji les attendais, ils partirent donc tous les trois, la jeune fille et le sabreur se fusillant du regard. Avant de sortir de l’infirmerie, elle avait récupéré sa dague et l’avait accrochée à sa taille avec son ruban bleu qui avait échappé au sang et aux déchirures. Ils entrèrent dans la cuisine-salle à manger où tout l’équipage était déjà rassemblé. Fuyuko entra la dernière et semblait un peu gênée. Elle regarda Chopper qui ne savait pas quoi lui dire. Soudain, une tornade blonde constellée de coeurs se précipita vers elle en chantonnant : “Charmante demoiselle, ne restes pas debout viens donc t’assoir, viens je vais t’accompagner ma nouvelle déesse !”
Appeurée, l’adolescente dégaina sa dague et recula contre le mur en intimant au pervers de rester loin d’elle. Nami se dépêcha d’agir et d’aller assomer le pauvre cuistot. Elle invita la plus jeune à s’asseoir entre elle et Robin. Elle se trouvait face à Luffy, Usopp, Chopper et Brook et en bout de table se trouvaient Franky et Zoro. Sanji, après s’être remis du coup de poing de Nami, servit le repas. Ce soir, c’étaient des pâtes aux fruits de mer avec des Takoyaki. Quand tout le monde eut reçu sa part, la nouvelle pirate reçu un flot de questions :
“- Comment tu t’appelles déjà ?
- Mori Fuyuko, mais vous pouvez m’appeler Fu’.
- T’as quel âge ?
- J’ai eu mes 15 ans le 23 décembre.
- Çelui de cette année ? Mais alors ça veut dire que je ne suis plus le plus jeune de l’équipage !
- Très chère demoiselle, auriez-vous l’extrème obligeance de me montrer votre culotte ?
- Fiches lui la paix sale pervers !
- Depuis quand te bas tu avec des armes blanches ?
- Ça fait cinq ans.
- Pourquoi voulais-tu me combattre et comment savais-tu où était le Sunny ?
- Pour votre navire, j’ai déjà vu plus discret qu’un navire qui tombe du ciel et reste sans vie pendant 3 jours, je l’ai juste surveillé avec ma longue vue depuis la ville.
- Et tes raisons pour le combat ?
- Tashigi.
- Qui ?
- Une épéiste de la marine qui traine toujours avec le colonel Smoker. Il me semble que Zoro l’a battue. Cette fille a refusé de me prendre dans la Marine, sois-disant que j’étais trop jeune et que je n’avais pas les compétences requises. Je suis sûre que si j’avais été un garçon elle aurait accepté.”
Zoro se figeat un instant, il se souvenait de cette fille qui ressemblait tant à Kuina et maintenant il y avait cette gamine qui parlait comme son amie d’enfance.
“- C’est faux, lacha-t-il soudainement. Seules tes compétences comptent, cela ne change rien que tu sois une fille ou un garçon. Tu n’étais peut-être pas prète.”
Zoro tenait à peu près le même discours que dix ans plus tôt. Fuyuko était un peu troublée par la façon dont il lui parlait, c’était vraiment différent de la façon dont toutes les autres personnes qu’elle avait connu lui avaient parlé.
Le repas continua de façon plus gaie, entre Luffy qui faisait le pique assiette, Sanji qui était aux petits soins avec les trois filles même si Fu’ avait un peu de mal avec ses étranges manières, Usopp et Chopper qui faisaient les idiots en mettant leurs baguettes dans leur nez et en proposant à la gamine d’essayer mais elle refusa catégoriquement, faisant rire les deux autres filles. Brook sortit son violon et commença à jouer sa chanson fétiche “Bink’s no sake”. Tous se mirent à chanter, la jeune Fuyulo apprenant vite les paroles. Elle avait une voix mélodieuse qui plaisait à l’équipage. Fuyuko était heureuse, cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas autant amusée. Elle sourit franchement et Zoro était content que cete gamine ait l’air aussi bien dans leur équipage. Il s’attachait à elle et eut une idée pour l’aider à s’intégrer encore mieux à l’équipage, mais il lui en ferait part le lendemain. Vers 23 heures, l’équipage décida d’aller se coucher. Mais à ce moment, Fuyuko posa une question qu’il falait résoudre au plus vite : “- Euh, excusez-moi mais...............je dors où moi ?
- Mince c’est vrai qu’on avait pas penser à ça, Franky pourra te construire un lit demain mais pour ce soir, normalement tu devrais dormir dans le dortoir de Robin et moi mais il n’y a que deux lits.
- Il y a bien le lit de l’infirmerie mais je ne penses pas que tu apprécies l’odeur des médicaments pour ta première nuit sur notre bateau.
- Bah il y a des lits libres dans notre dortoir à nous !
- Luffy, je ne pense pas que Fu’ veuille dormir avec des garçons.
- Non, non, ça me dérange pas, d’ailleurs j’ai toujours préféré dormir avec des garçons, je me sens en sécurité. Vous voulez bien que je vienne les gars ?
- On est d’accord, dit Luffy avec un énorme sourire.”
Nami pris Fuyuko à part quelques minutes pour lui dire quelque chose d’important selon elle puis tous partirent donc se coucher, Fu’ en compagnie des garçons. Avant qu’ils ne partent dans leur dortoir, la naviguatrice attrapa Sanji et Brook et les menaça fortement en leur disant que s’ils osaient approcher de trop près la plus jeune, elle leur ferait payer, soit en augmentant leurs dettes, soit en leur promettant de longues, très longues vacances à l’infirmerie.
Dans le dortoir des garçons, tous s’installèrent dans leurs lits gigognes. Fuyuko alla se coucher dans celui se trouvant au dessus du lit de Luffy. Celui-ci, à l’aide de son bras élastique, éteignit la lumière en criant un “Bonne nuit minna !!”. Tous se souhaitèrent bonne nuit et s’endormirent.

Ce matin-là, vers 4 heures, Zoro ne voulait pas se lever pour aller s’entrainer. Non, il était trop bien dans son lit, il se blottit un peu plus dans ses draps en serrant la forme qui était allongée contre lui. Attendez.......une forme ? Mais il était pourtant sûr de s’être endormit seul la veille. Il ouvrit les yeux pour tomber sur une chevelure vert émeraude. Le bretteur se crispa, il n’osait plus bouger, d’une part car il était surpris et se demandait comment la jeune fille était arrivée dans son lit, et d’autre part car il avait peur de la réveiller. Il était coincé. Au diable son entrainement matinal. Il se rendormit en serrant un peu plus la gamine dans ses bras musclés.

L’équipage des Mugiwara se réveilla en sursaut quand ils entendirent le cri horrifié de Sanji. Celui-ci s’était réveillé à 6 heures comme tous les matins pour préparer le petit déjeuner et avait découvert leur nouvelle nakama dans le lit de Zoro, blottie dans les bras de ce dernier. Le cook était entré dans une rage folle, il sétait jeté sur le sabreur en lui assénant un violent coup de pied, le séparant de Fuyuko qui mit quelques secondes à comprendre ce qu’il se passait. Le sabreur, quant à lui, secouait la tête, se remettant du choc. En voyant le cook, il s’écria :
“- Saleté de sourcil en vrille, ça va pas de me sortir du lit comme ça ?
- Qu’est-ce que tu faisait avec ma Fuyuko adorée toi d’abord espèce de bretteur du dimanche ?
- Mais j’ai rien fait, c’est elle qui est venu squatter mon lit. J’ai rien dis parce que je ne voulais pas la réveiller contrairement à toi !
- Oh ma Fuyuko adorée, excuse-moi de t’avoir réveillée aussi brutalement <3 !
Fu’, qui ne comptait pas rester en dehors de la discution, se mit à hurler, très en colère :
- Non mais ça va pas non ? Qu’est-ce qui te prend de faire chier les gens alors qu’ils dorment baka !?
- Mais....ma Fuyuko adorée, c’est ce crétin de sabreur qui...
- Je ne suis pas TA Fuyuko, compris !? Je suis pas ta chose sale sourcils détraqués ! Et puis qu’est-ce que ça peut te faire que je sois dans mon lit ou dans celui de quelqu’un d’autre ? Je ne suis pas ta fille, ta soeur ou ta petite amie ! Tu n’as rien à me dire ! Le seul qui soit en mesure de me donner des ordres ici c’est Luffy !!!
- Mais...mais je...je....
Le pauvre Sanji était au bord des larmes. Tout le monde était maintenant réveillé et observait la scène avec un mélange de peur et d’amusement.
- Histoire d’en avoir le coeur net, on a qu’à demander à notre capitaine. Luffy, est-ce que ça te pose un problème que je sois allée dans le lit de Zoro ?
- Hihi, nan, pas du tout, tu fais ce que tu veux.
- Voilà, donc, mon cher Sanji, si j’ai voulu aller dans le lit de Zoro, c’est parce que j’en avait envie. Ah, et avant que j’oublie, j’ai horreur qu’on me réveille sans raison valable. J’te déteste.”
Sanji ne décrocha pas un mot. Il était dégouté qu’elle préfère l’autre bretteur à lui. Il s’en alla à la cuisine avec un air d’enterrement. Quand il fut sortis, tout le monde se tourna vers Fuyuko, tous ayant été surpris de la violence dont elle avait fait preuve, sauf Luffy qui se marrait comme une balaine dans son lit. La plus jeune des Mugiwara fit un clin d’oeil à Nami qui lui répondit par un petit sourire. Zoro, lui, ne savait plus où se mettre, il pensais que la rousse allait le tuer mais elle n’avait pas réagit. Le bretteur se posait néammoins une question :
“- Pourquoi t’es venue dans mon lit ? Pourquoi t’es pas allé avec, je sais pas moi, Chopper, Luffy ou le cook ?
- Zoro, tu n’as toujours pas compris ? dit Robin en riant légèrement.
- Maintenant que Fuyuko à dit à Sanji qu’elle le détestait, qu’est-ce qu’il va se passer d’après toi ? demanda la naviguatrice.
Zoro écquarquilla les yeux, commençant à comprendre.
- Non, me dis pas que t’es venue dans mon lit juste parce que c’était la chose qui aurait put le plus énerver l’autre cuistot ?
- Bah si, hihi, et maintenant qu’il pense que je le déteste et que je te préfère...
- Tu peux en faire ce que tu veux car il va vouloir obéir à tous tes caprices pour qu’il devienne ton préféré, comme avec Nami et Robin, fini Usopp.
- Bon, c’est pas tout ça mais maintenant qu’on est tous réveillés, on a plus qu’à sortir, et puis j’ai faim moi !
- Il faudra attendre que Sanji ait préparé le petit déjeuner, intervint Chopper.
- Oui, il faudra trouver quelque chose à faire jusqu’à 7 heures. Moi et Robin, nous allons vous reprendre Fuyuko si vous voulez bien.
- Pour quoi faire ?
- Tu verras.
- Moi, je vais m’entrainer.
- Moi, je vais m’amuser avec Chopper et Usopp.
- Je vais vérifier l’état du bateau.
- Ça vous dirait un peu de musique ?
- Bon, nous on y va, à tout à l’heure les gars !”
Fu’ fut emmenée dans le dortoir des filles par Nami et Robin. Celles-ci s’étaient mises en tête de lui prêter des habits le temps qu’ils retournent en ville l’après-midi pour aller lui en acheter. Après de multiples essayages, Fuyuko opta pour une jupe marron avec des motif indiens de Nami et un t-shirt bleu de Robin. La brune lui avait également prêté une paire de tongs. Les trois filles sortirent sur le pont, Nami et Robin allèrent s’installer sur les chaises longues installées sur l’herbe tendre. Fuyuko, elle, se promena sur le navire, observant les jeux de Luffy, Usopp et Chopper. Elle s’assis non-loin de Brook en l’écoutant jouer du violon, elle leva les yeux vers la vigie, peut-être que Zoro s’entrainait là-haut. Brook avait vu la jeune fille regarder la vigie, il sourit intérieurement, il n’était peut-être qu’un sac d’os mais il n’en demeurait pas moins un homme connaissant les réactions des jeunes. Cette petite se sentait bien avec le bretteur, il était persuadé que ce n’était pas seulement pour énerver le cuisinier qu’elle avait choisit d’aller dans la couchette de Zoro, selon lui, elle devait se sentir protégée, un peu comme avec un grand frère. Fuyuko remarqua que le squelette avait l’air songeur :
“- À quoi penses-tu Brook-san ?
- Hum ? Non, rien d’important Fu’-chan.
- Mouais, c’est ce que tu dis... Dis-moi, pourquoi...
- Je suis en vie ? C’est grâce à mon fruit de la Résurection.
- Ah, je comprend mieux. Moi aussi je possède les pouvoirs d’un fruit du démon.
- COMMENT ? s’écria Brook, surpris.
Toutes les personnes présentes sur le pont se tournèrent vers eux.
- Oups, dit le squelette.
- Qu’est-ce qu’il y a Brook ? demanda Luffy.
- Ah, c’est vrai que je ne l’avais dit qu’à Chopper. Et oui, moi aussi j’ai mangé un fruit du démon. Le fruit du félin version chat, mais comme je l’ai dit à notre médecin, je ne m’en suis jamais servit.
- Attendez, ça veut dire que nous avons un, deux...nous avons cinq utilisateurs de fruits du démon ! s’écria Usopp.
- La moitié de l’équipage ? Ah quand même, dit Brook.
- Mais, pourquoi tu ne t’en sers pas ?
- Je n’y arrive pas. Et puis, je suis assez forte pour me défendre sans pouvoirs.
- Cela pourrait quand même t’être utile, si tu veux, je pourrais t’aider à maitriser tes pouvoirs, comme nous sommes tous les deux de type Zoan, je pourrais facilement t’apprendre à te mettre sous tes différentes formes.
- Je veux bien, maintenant que je suis une pirate, il faut bien que je devienne plus forte.
- Si tu veux devenir plus forte, je pourrais également t’inicier à l’art du sabre.
Tout le monde se retourna, personne n’avait vu Zoro descendre de la vigie. Cela faisait quelques minutes qu’il écoutait la discution de ses nakamas et quand il avait entendu la gamine parler de devenir plus forte, il en avait profiter pour exposer l’idée quil avait eu la veille.
- Qu’est-ce que tu viens de dire ?
- Ta manière de te battre est intéressante et je pense que tu pourrais avoir du potentiel en combattant avec des sabres. Et puis, j’ai cru comprendre que tu a toujours rêvé de manier des katanas. Et aussi, tu ne peux pas refuser car je n’ai pas encore choisi ce que j’allais faire de toi pour ta défaite.
- Comment ça ? Et mon entrée dans l’équipage alors ?
- Techniquement, ce n’est pas moi qui t’ai proposé de devenir notre nakama, mais Luffy.
- Bon, et bien, je t’écoute, que vas-tu faire de moi ?
- Je vais faire de toi mon apprentie.”



Chapitre 5 : Sabreuse or not sabreuse ?

Après un petit-déjeuner mouvementé à cause des manières de Luffy, les baguarres entre Sanji et Zoro, et Fuyuko qui en faisait voir de toutes les couleurs au blond, la jeune fille demanda à Chopper et Zoro de l’accompagner chez elle pour l’aider à faire ses valises. Ils partirent donc en laissant le reste de l’équipage à la crique. Chopper avait pris sa forme de renne et suivait de près Zoro, de peur qu’il se perde, qui suivait lui-même Fu’ qui avait pris avec elle les deux katanas de la veille. Après un quart d’heure de marche dans les collines recouvertes de cerisiers, ils arrivèrent à une cabane où l’adolescente rentra. Ses deux compagnons la suivirent. Il n’y avait pas grand chose, seulement un hamac, une table avec une chaise et un coffre où elle rangeait ses vêtements. Sur la table se trouvait une photo encadrée sur laquelle Zoro reconnu Fuyuko accompagnée d’un vieil homme et d’une petite fille. Voyant le sabreur observer le cadre, la gamine alla s’assoir sur son hamac et leur expliqua la situation :
“- Je suis née sur une ile de West Blue, ma mère avait une maladie mentale à cause des drogues qu’elle prenait, elle faisait du trafic avec des pirates. Un jour, elle avait bu avec un équipage et avait fini complètement saoule. Elle a couché avec l’un d’entre eux. Quand elle a appris qu’elle était enceinte, il était trop tard, l’équipage avait quitté l’ile depuis longtemps. Elle n’a pas pris soin d’elle durant sa grossesse. Drogue, alcool, cigarette, tout y est passé. Et à ma naissance, il y a eu des complications. Mes poumons étaient fragilisés et ce, à cause d’elle. À l’accouchement, sa mère et son beau père étaient venus sur l’ile. Ma grand-mère s’est rapidement aperçue que sa fille était incapable d’élever un enfant. J’étais à moitié morte quand elle m’a retirée de ma mère. J’ai passé toute mon enfance avec mes grands parents sur une ile non-loin de celle-ci. Selon la loi, je devais voir ma mère pour mon bien, mais je ne la voyait pas souvent. Puis un jour, elle a disparu. Pendant près de trois ans je n’en ai plus entendu parler. Puis ma grand-mère a eu une maladie. Un cancer, il lui restait deux ans, trois tout au plus. Puis ma mère a refait surface. Elle venait de mettre au monde un autre enfant, une fille. Le même scénario qu’avec moi s’est répété. Mes grands parents ne pouvaient pas s’en occuper, elle a été placée dans une famille d’accueil à West Blue, ne la protégeant pas de ma mère. Ma grand-mère est morte dans l’année de mes 11 ans. Il ne me restait plus que mon grand-père, bien qu’on ne soit pas du même sang. Puis lui aussi m’a quittée. Un arrêt cardiaque à cause d’un accident vasculaire cérébrale. Un simple arrêt cardiaque qui ne se serait pas produit si j’avais étée à la maison ce jour là. Après cela, je n’avais plus personne, ma soeur était trop petite et je haïssait ma mère. Celle-ci s’est suicidée, mais je n’en n’avait rien à faire. Et ma soeur est morte dans un incendie. Depuis ce jour, je vis seule, je ne peux compter que sur moi-même. Ça fait un an. Et j’ai entendu parler d’un équipage de pirates. Selon ce qu’il se raconte, chaque membre de cet équipage à une histoire plus ou moins triste ou compliquée, mais chacun a un rêve et le poursuit coûte que coûte. Ce n’est pas seulement pour retrouver Tashigi que je voulais entrer dans votre équipage, mais également parce que ce qu’on m’a raconté sur vous m’a redonné de l’espoir. J’ai souvent voulu mourir en me disant que si je me retrouvais seule c’était de ma faute ou que je n’avais plus d’espoir. Mais désormais, tout cela est fini.
- Mais alors, si tu n’as pas grandit sur cette ile, pourquoi es-tu là ? demanda Chopper.
- Je ne voulais pas rester à un endroit où se trouvaient tant de souvenirs douloureux, là-bas, je n’aurais fait que ressasser le passé alors que seul le présent est important.”
Ils ne se dirent plus un mot et se contentèrent d’emporter le strict nécessaire. Fu’ emporta ses quelques habits mais pensa qu’il faudrait qu’elle en achète l’après-midi. Elle mit son cadre dans son sac et souleva une planche sous la table. Elle sortit 3 millions de berrys de sa cachette. En voyant le regard étonné de ses nakamas, elle leur expliqua que cet argent provenait des récompenses du maire pour les services qu’elle avait rendu à l’ile, autrement dit, faire régner l’ordre et chasser les pirates. Ils sortirent de la cabane et retournèrent au bateau, mais en chemin, Fuyuko demanda à Chopper si ça le gênait d’y retourner seul, sous prétexte qu’elle avait quelque chose à montrer à Zoro. Le petit renne opina du chef et repartit en portant les affaires de la gamine au bateau. L’adolescente pris un autre chemin, tenant Zoro par la main, de peur qu’il se perde par sa faute. Une dizaine de minutes plus tard, ils arrivèrent à un dojo. “Regarde, c’est là que j’ai pris les sabres”. Le bretteur vit un groupe de garçons s’entrainer. Cela lui rappela quelques vieux souvenirs. La gamine l’entraina à l’arrière du dojo. Elle vérifia qu’il n’y ait personne et se faufila par une fenêtre en demandant au sabreur de l’attendre et de faire le guet. Elle alla vers la réserve de sabres et posa ceux qu’elle avait “emprunté” la veille. Alors qu’elle allait s’en aller, elle sentit une présence derrière elle et soudain une main se posa sur son épaule.
Zoro s’était assis en tailleur comme à son habitude et faisait plus ou moins le guet comme sa nouvelle apprentie lui avait demandé. Tout semblait calme quand soudain il entendit un cris de Fuyuko. Il se précipita dans l’école de sabre, tant pis pour la discrétion.
“Kyaaa !!”
Fuyuko avait étée surprise pas le contact de la main avec son épaule et avait eu un peu peur car elle avait oublié sa dague sur le Sunny. Elle se retourna et tomba sur :
“- Maitre Daichi, vous m’avez fait peur !
- Fu’ !! Je t’ai déjà dis que je ne voulais pas te voir ici, je t’ai déjà dit que je ne pouvais pas te prendre comme élève ! Qu’est-ce que tu fais là ?
- Euh, ben, c’est à dire que...
- Tout va bien la gamine ?!
- Oh non -_-‘...
- Qui êtes-vous ? Et qu’est-ce que vous faites dans mon dojo ?
- Euh, Fu’, c’est qui ça ?
- Le maitre du dojo... Bon sang, mais t’écoute jamais quand on te parle !? Je t’avais dit de m’attendre dehors !”
Zoro ne fit pas attention à ce que lui avait dit Fuyuko, il observa l’homme qui le dévisageait. Il était assez grand, plutôt musclé et avait des cheveux courts bruns grisonnants et une barbe de même couleur. Il portait un kimono et un sabre. Il mit quelques instants à se rendre compte qu’il lui parlait :
“- Bon alors jeune homme ? Tu vas me répondre oui ?!
- Maitre, ne vous énervez pas s’il vous plait !
- Je t’ai déjà dis que je ne suis pas ton maitre, pour toi, c’est Daichi et c’est tout !
- Ce jeune homme, c’est Roronoa Zoro, le sabreur des pirates au chapeau de paille.
- Hahahahaha !!! Alors ça c’est la meilleure ! Roronoa Zoro, rien que ça ?! T’aurais put trouver mieux comme bobard !
- Maitre...euh, Daichi, c’est vraiment Zoro.
- Et qu’est-ce qui peut me le prouver ?
Il regarda les sabres du bretteur et se figea.
-...Ce sabre...c’est celui de...
- Le Wadô Ishimongi ?
- Excusez-moi mais c’est tellement improbable. Alors comme ça vous êtes Zoro, l’élève de Kôshirô ?
- Comment ? Vous connaissez mon maitre ?
- Pour sûr, je suis un de ses amis, nous nous battions souvent au dojo de son père quand on était enfants. Ce sabre...il appartient à Kuina n’est-ce pas ?
- Oui. Vous la connaissiez aussi ?
- Une adorable petite fille, déterminée et douée dans l’art du sabre. Mais nous savons tous les deux comment elle a fini. Les femmes ne sont pas faites pour le sabre.
- Nous ne pensons pas la même chose mais je vous comprend.
- C’est pour cela qu’il n’a jamais voulu me prendre comme élève. Et c’est aussi pour ça que je ne sais pas manier un sabre.
- Fu’, je peux savoir pourquoi tu traine avec des pirates ?
- Parce que désormais, je fais partie de leur équipage.
- Comment ? Mais, et la protection de l’ile ?
- Une femme n’est pas faite pour manier un sabre dis-tu ? Alors cela vaut pour tout type de lame. Et si tu es si fort, tu n’as qu’à protéger l’ile par toi-même. Je vais partir et personne ne pourra m’en empêcher. Zoro, je pense qu’il est temps que nous partions, viens.”
Les deux pirates partirent. Daishi les regarda s’éloigner en voyant que la jeune fille souriait. Cela faisait si longtemps qu’il n’avait plus vu son visage s’illuminer de la sorte. Peut-être a-t-elle fait le bon choix. Adieu Fuyuko et bonne chance.

L’après-midi, les mugiwara repartirent en ville pour finir de faire leurs achats. Comme la veille, Franky et Brook gardaient le Sunny mais avaient cette fois-ci un mini den den mushi que Nami leur avait donné et en avait fournit un autre à Usopp pour que leurs deux nakamas puissent lui faire part de ce dont ils auraient besoin. Ils retournèrent sur la place avec la fontaine. Cette fois-ci, Zoro donna rendez-vous à Fu’ à l’armurerie quand elle aurait fini de faire du shopping avec Nami et Robin, Usopp et Chopper partirent ensembles et Luffy s’en alla avec Sanji. La pauvre Fuyuko était trimballée dans tous les rayons qui plaisaient à Nami. Et la brune était complice de la cruelle naviguatrice qui noyait la pauvre gamine sous des kilos de fringues dans les cabines. La rousse voulait presque lui faire acheter le magasin mais Fu’ résistat, elle ne voulait pas dépenser toutes ses économies. Mais à la fin, le tout lui coûta quand même presque 2000 berrys car Nami. Elle ressortit de la boutique complètement exténuée. Elle partit vers l’armurerie pour y retrouver Zoro. Celui-ci l’attendait avec le vendeur et les deux hommes lui firent un grand sourire quand elle entra dans le magasin. Elle lança un regard interrogateur à Zoro et celui-ci lui expliqua :
“- J’ai un peu discuté avec monsieur Sasaki et nous avons convenu un accord.
- Monsieur Roronoa m’a expliqué que tu avais rejoint l’équipage dont il fait partie et qu’il allait faire de toi son apprentie. Hier, je lui ai proposé de lui faire un prix pour tout ce qui l’intéresserait donc s’il veut, il peut t’en faire profiter et je peux encore plus baisser les prix pour toi en remerciement pour tout ce que tu as fait pour notre ile.
- Mais...pour quoi faire ?
- Comme tu es mon apprentie, désormais il faudra te battre avec des sabres. Tes technique à la dague et au couteau sont intéressantes mais tu dois apprendre à te servir d’armes plus longues et plus lourdes. Je suis sûr que tu peux y arriver donc en tant que nouvelle manieuse de sabres, tu te dois d’avoir tes propres katanas. Choisis-en deux avec soin.
- M. Sasaki, j’ai à peine 3 millions de berrys et j’ai entendu dire que certains sabres valaient plus de 100 millions.
- C’est vrai, certains valent extrèmement cher mais je ne les vends pas forcément au prix de leur valeur. Certains épéistes méritent d’avoir de tels sabres mais n’ont pas assez d’argent.”
Le vendeur lança un regard entendu à Zoro sans que Fuyuko ne le voit. Pendant sa discution avec le pirate, ce dernier lui avait raconté comment il avait obtenu ses sabres et qu’avant de rencontrer la fille de la Marine, il ignorait complètement la valeur monnaitaire de son cher Wadô Ishimonji et s’en fichait bien. Pour le jeune épéiste, la valeur sentimentale qu’avait ce sabre pour lui était plus importante qu’autre chose. Quand au Sandai Kitetsu, il lui avait expliqué comment il avait pu obtenir sans mal ce sabre ensorcelé et lui avait également conté ce que Ippon-Matsu lui avait dit à propos des sabres qui choisissent leurs maitres (nda : je sais pas vous mais moi, cette histoire me fait un peut penser aux baguettes qui choissisent leur sorcier dans Harry Potter).
Zoro observa la gamine. C’était le moment de voir si cette morveuse avait une âme d’épéiste. Il se souvenait que lors de son séjour à LogueTown, dans l’armurerie de Ippon-Matsu, il avait eut l’impression que le Sandai Kitetsu l’appelait. Il regarda chaque geste de sa protégée, elle semblait un peu confuse. Elle jetait de temps à autre un regard vers l’un des tonneaux remplis de sabres qui semblait l’attirer plus que les autres. Finalement, elle s’en approcha et fouilla dedans. Elle finit par en sortir un katana dont la garde et le fourreau étaient bleu roi et argenté. Le bretteur s’approcha de son apprentie qui dégaina le sabre dont la lame aiguisée était bleutée. Elle regarda son mentor et le vendeur.
“Ce sabre coûte 500 000 berrys, je ne peux pas te préciser sa provenance et son nom mais il me semble que notre cher Roronoa peut le savoir grâce au livre que je lui ai donné hier.”
Zoro sortit le bouquin de sa poche et commença à tourner doucement les pages. Agacée, Fu’ lui prit le livre des mains en lachant un “Donnes-moi ça !” énervé. Elle feuilleta rapidement le livre et trouva une photo du sabre et la description. Elle en fit un résumé aux deux hommes :
“- Ce sabre s’appelle Aotsume, il fait partie des 50 Ryou-Wazamono mais il n’y a aucun renseignement sur l’ancien propriétaire ou l’école dont il provient. Son tranchant est exceptionnel et il est léger comme l’air, donc très facile à manier.
- Fu’, peux-tu me dire pourquoi tu as choisis ce sabre en particulier ? demanda Zoro.
- Je ne sais pas, j’étais comme attirée vers lui, on aurait dit qu’il m’appelait. Pourquoi ? C’est mal ?
- Non, au contraire, c’est parfait. Cela me prouve que tu es faite pour devenir épéiste. Tu as entendu ce sabre t’appeler et il parait que les sabres choisissent leurs maitres. Si un tel sabre t’as choisie, cela signifie que tu as du talent autant en sabre qu’avec ta dague et ton couteau.
- Ok ^^. Monsieur Sasaki, vous nous le faites à combien vous avez dit ?
- Habituellement je le vend à 500 000 berrys mais je veux bien vous le faire à 300 000 berrys.
- Ça marche =D. Bon, je vais choisir le deuxième et ce sera bon.”
Fuyuko s’approcha d’un autre tonneau et pris un sabre avec un fourreau et une garde de couleur noire incrustés d’émeraudes. Elle le dégaina, sa lame affutée semblait être d’un tranchant exceptionnel et sa partie coupante était légèrement rougie d’une façon qui n’était pas inconnue à Zoro.
“- Ce sabre aussi m’a appelé mais.....
- Mais ?
- Il me semble différent du précédent, il dégage...comme...comme une aura malsaine...
- Si tu le veux, il coûte 800 000 berrys mais je peux te le faire à 650 000 berrys. Regardez dans votre bouquin pour avoir plus de renseignements.”
La jeune fille n’eut aucun mal à trouver la description du sabre dans son livre. Elle la lut à voix haute :
”- Le Chidai Kitetsu est un sabre classé parmis les 21 O-Wazamono. Comme tous les sabres de l’école Kitetsu, il porte une malédiction apportant la mort à celui qui le porte. Sa lame est rougie par le sang de ses précédents porteurs, victimes de sa malédiction.
- Il me semblait bien que la façon dont cette lame est colorée m’était familière.”
Zoro dégaina le Sandai Kitetsu et compara sa lame violacée à celle du sabre que Fuyuko avait sortit. Les deux lames étaient colorées de la même façon.
“Si tu veux mon avis, je ne pense pas que ce soit la lame de ce sabre qui se soit imprégnée du sang de ses anciens propriétaires mais seulement la partie maudite.” Dit Zoro.
Fu’ regarda le sabre qu’elle tenait dans ses mains. Cette lame la fascinait mais lui faisait également peur. Elle pouvait ressentir la puissance que dégageait cette arme. Zoro observa la gamine, il voyait que ce katana lui plaisait autant qu’il l’effrayait. Il rengaina son propre Kitetsu et demanda à Fuyuko de lui donner le sien. Quand il l’eut en main, il se demanda comment son apprentie pouvait supporter le poids de ce sabre. De son autre main, le bretteur prit un autre sabre au hasard dans le tonneau qui lui parut infiniment plus léger. Il remit le katana dans le baril et reprit le Sandai Kitetsu. Bien que les deux katanas proviennent de la même école, celui que la gamine avait choisit était plus lourd. Soudain il eut une idée :
“Fu’, prends ce sabre deux secondes.”
La jeune fille saisit la garde mais elle fut entrainée vers le sol par la lame.
“- Putain ! Mais t’es malade de porter un truc aussi lourd !
- C’est bien ce que je pensais. Reprends le tiens dans ton autre main.”
Son apprentie s’exécuta et saisit de sa main droite la garde du sabre maudit. Elle arrivait à le soulever sans problème mais peinait à porter le Sandai Kitetsu. Zoro lui donna une explication, voyant que l’adolescente ne comprenait pas l’intérêt de porter les deux sabres :
“- Comme je te l’ai déjà dit, les sabrs choisissent leurs maitres. Mon sabre ne te reconnais pas comme tel, donc il devient difficile à manier.
- Je ne vois pas le rapport avec le Chidai Kitetsu.
- Quand je l’ai pris, il est devenu plus lourd. Cela signifie donc...
avatar
MiyazakiAndOtherFan

Messages : 83
Date d'inscription : 18/03/2012
Age : 20
Localisation : Haute-Savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apprentie Nakama (fic sur One Piece)

Message  MiyazakiAndOtherFan le Jeu 31 Mai - 20:17

- ...qu’il m’a choisie pour le manier.
- Exactement.”
L’apprentie du pirate sourit mais cette joie soudaine disparut aussitôt.
“- Fuyuko, ça ne va pas ? demanda M. Sasaki
- Ce sabre me plait, j’aime l’avoir entre les mains et il est facile à manier. Seulement...
- La malédiction te fait peur, affirma sèchement Zoro.
- Non !
- Alors quoi ?! Pourquoi tu hésites comme ça ?
- C’est que...
- Que quoi ? demanda Zoro qui en avait ras le bol de tourner autour du pot.
- Je...je ne veux pas mourir...
- C’est bien ce que je disais, t’as peur.”
La jeune fille afficha un air boudeur. Elle voulait ce sabre et il l’avait choisie mais ce qu’elle avaot lut sur la malédiction l’empêchait de pouvoir pendre ce katana. Zoro, lui, en avait royalement marre. Sans aucune délicatesse, il se saisit du bras droit de la gamine en lui prenant son sabre qu’il lança bien haut au-dessus du membre de Fu’. Le temps que cette dernière ne comprenne ce qu’il se passe, le sabre s’était planté dans le sol, juste en-dessous de son bras tendu. Elle resta muette et fixa le bretteur, les yeux écarquillés.
“ Si la malédiction avait fait effet, ce sabre t’aurait tranché le bras. Maintenant, tu peux le manier sans crainte.”
L’adolescente hocha doucement la tête, elle rendit le Sandai Kitetsu à Zoro. Elle paya les 950 000 berrys qu’elle devait à Sasaki en lui donnant discrètement un bout de papier glissé entre les billets. Elle se saisit de ses katanas et accrocha leurs fourreaux à sa ceinture de chaque côté de ses hanches. Elle sortit de la boutique après avoir salué le vendeur et retourna au Thousand Sunny, accompagnée de Zoro et de ses deux nouveaux partenaires.

(Chap 6 en cours)
avatar
MiyazakiAndOtherFan

Messages : 83
Date d'inscription : 18/03/2012
Age : 20
Localisation : Haute-Savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apprentie Nakama (fic sur One Piece)

Message  Unico le Lun 3 Sep - 9:35

Je me suis enfin décidé a lire ta fan fic entièrement (il faut dire que trop de texte sa fait un peu peur! et peut-être parce qu'on est pas loin de la rentrée?) et j'ai hâte de découvrir la suite!
Non, franchement , même pour quelqu'un qui ne connais pas trop one piece (en faite je connais surtout parce que tu m'en parle souvent...) elle est bien
Juste un petit conseil: dans tes dialogues il faudrait que tu mette le nom du perso qui parle, car on si perd un peu quand ils sont plusieurs (ex: au début) et tu pourra ainsi en profiter pour décrire leurs émotions, ce sera plus fort, je pense.
Mais a toi de voir!
avatar
Unico

Messages : 183
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 19
Localisation : Eosdem sur Dark

Voir le profil de l'utilisateur http://falcogrifinn.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apprentie Nakama (fic sur One Piece)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum